Publié dans Auteurs

Ils nous disent tout…ou presque #29

Coucou les petits chats, on se retrouve en ce mardi pour une nouvelle interview. Merci à notre chroniqueuse Audrey bouquine et à l’autrice qu’elle a interviewée.

20210227_104846_0000

  • Bonjour peux-tu te présenter en quelques mots

Moi, c’est Typhanie. Originaire de la Beauce, j’ai posé mes valises en Normandie depuis quelques années, après avoir beaucoup bougé. Je suis maman d’un petit garçon de 6 ans au sens de l’humour aiguisé, et propriétaire d’un chat depuis peu, qui aime autant se blottir contre moi que me mordre par surprise.

  • Comment est venue l’inspiration pour écrire?

    Mes écrits naissent toujours d’un sentiment à exorciser, d’un poids dont j’ai besoin de me défaire, d’une peur. Dans “Là où l’herbe est plus verte”, le premier chapitre est un témoignage, un partage du calvaire que sont les crises d’angoisse. Je les ai rencontrés il y a presque 3 ans maintenant, sans savoir de quoi il s’agissait, sans les comprendre. Puis, j’ai eu besoin de coucher ce ressenti sur papier. Ce n’était pas un roman, pas un personnage, c’était une lettre à mes proches pour qu’ils comprennent. Lettre que je n’ai jamais envoyée, puis qui s’est transformée en l’aventure de Coline.

  • « Là où l’herbe est plus verte » est-il ton premier livre?

    Oui, c’est un premier roman.

IMG_0995 

  • Qu’as tu ressenti quand tu as écrit le dernier mot de ce livre?

    J’ai dansé. Je m’en souviens très bien. J’étais dans le salon, j’ai reculé la chaise, et j’ai dansé et chantant la bande originale de ce moment de vie ! Je suis restée sur mon petit nuage quelques minutes, avant de commencer à énumérer mentalement toutes les étapes qui m’attendaient par la suite (les nombreuses relectures et réécritures). C’est un de mes plus gros défauts, tout au long de cette aventure qu’est l’écriture, je n’ai pas su prendre le temps de célébrer les victoires, je voyais toujours ce qu’il restait à faire. Et encore aujourd’hui, j’ai lâché mon livre dans la nature, mais j’ai du mal à m’en réjouir. J’ai la tête dans le guidon et dans la promotion. Alors les retours des lecteurs et des chroniqueuses me servent de bulles d’oxygène sur mon chemin.
  • Il te faut combien de temps pour écrire un livre?

    Là où l’herbe est plus verte m’a pris 11 mois d’écriture et 4 mois de relecture et réécriture. Promis, le jour où je passe écrivain à temps plein, j’écris un livre tous les 4 mois ! :p J’écris assez vite, mais ce n’est pas évident de trouver le temps.

  • Tu as écris dans un autre genre où est ce que c’est en projet?

    J’écris des nouvelles via le collectif des auteurs masqués, une association qui publie régulièrement des recueils dont les gains sont reversés à des associations (“Histoires de confinés” pour les Hôpitaux de Paris, “Histoires de Tolérance” pour l’association Hugo contre le harcèlement scolaire). Et en dehors de cela, j’ai écrit des chansons pendant plus d’une dizaine d’années.

  • Tu as choisi l’auto édition, pourquoi?

    C’est une bonne question, j’y ai consacré un post instagram il y a peu. On me la pose régulièrement, et ma réponse toute faite c’est: j’avais besoin d’apprendre à me faire confiance. Et je ne regrette pas ce choix, l’auto-édition m’a apporté cette confiance, mais surtout, un lien particulier avec le lecteur, et des rencontres inoubliables avec d’autres auteurs autoédités. Maintenant (seulement maintenant), j’ai confiance en mon roman, j’ai confiance en moi, et peut-être qu’un jour, j’enverrai ce roman ou un autre à des maisons d’édition. 🙂

  • Comment assures tu la promotion de tes livres? Quelle est ta stratégie de promotion?

    De nombreux auto-édités passent par Amazon pour l’impression et la distribution de leurs romans, et personnellement, je ne m’y retrouvais pas. J’utilise Amazon pour la version numérique par contre, et j’ai décidé de contacter un imprimeur pour le broché, de créer un site internet avec boutique en ligne, et de gérer moi-même les commandes et les envois (ce qui me permet de dédicacer chaque exemplaire 😉 ). Mais cela veut aussi dire que le seul moyen de trouver mon roman, c’est de déjà le connaître, le connaître mon nom pour accéder à mon site. Alors, je mise TOUT sur le bouche-à-oreille, sur les chroniques, sur la presse. Je vais également démarcher quelques librairies en croisant les doigts pour qu’elles acceptent de me mettre en avant.

  • Penses-tu qu’Instagram ou nous avons fait connaissance soit un bon canal pour la promotion d’un livre?

    Je l’espère fortement puisque c’est en grande partie ce que j’utilise pour promouvoir mon roman. Mais je n’ai pas encore assez de recul pour le savoir.

  • Comment choisis tu la couverture de tes livres? Fais tu appel à un professionnel ?

    J’ai décidé de gérer la couverture moi-même et ce que vous voyez, la version finale, est en faite la version numéro 21… 😀 J’ai essayé beaucoup de choses avant d’en être satisfaire. La simplicité prévaut.

  • As-tu déjà d’autres projets en tête? ( ou en cours de concrétisation ?)

    Je travaille à la fois sur un recueil de nouvelles pour la fin de l’année (je l’espère), où l’on suit l’histoire d’une femme par nouvelle, toutes générations confondues, avec des petits clins d’oeil à Là où l’herbe est plus verte et aux romans à venir. J’ai également commencé l’écriture de roman 2. Je vais être honnête, je suis freinée par les retours plus que positifs du premier, et la peur de faire moins bien et décevoir. Moi qui pensais que tout aller couler de source désormais. La vie d’écrivain n’a pas fini de me surprendre.

  • Es-tu une grande lectrice? Si oui combien de livres dans ta pal?

    Je l’étais, et cela m’aide sans doute dans l’écriture. J’ai toujours adoré lire depuis petite, je suis entourée de livre. Ces dernières années, les livres en anglais ont pris plus de place dans ma bibliothèque que les Français. Mais je ne lis presque plus depuis que j’écris. Je ne trouve pas le temps de faire les deux. J’ai une PAL de 7 livres, j’ai recommencé à en acheter depuis peu, mais n’ai toujours pas le temps de les lire.

  • As-tu un rituel d’écriture ? (Boissons, nourriture, musique ….)

    Tisane, tisane et tisane (avec de nombreuses pauses pipi du coup … :p ). J’écris sur la table du salon principalement, ou j’adore me poser dans des salons de thé. Pour la musique, lorsque l’écriture est laborieuse, je me passe une playlist de piano pour être sûre de ne pas être dérangée par les paroles. Sinon, de la musique folk, acoustique, dans un casque.

  • Fais tu des salons de livres ou des dédicaces?

    Mon premier salon aura lieu (je touche du bois) les 3 et 4 octobre dans le sud Manche, au Teilleul. J’ai hâte, et en même temps, je ne sais pas à quoi m’attendre.

  • Pour te suivre, quel est le réseau social ou tu es le plus présente

    Instagram

Vous pouvez retrouvez une biographie de l’autrice par ici

bann audrey 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s