Publié dans Sciences fictions [galactique]

Ambition

Ciel sans étoiles de Yohann Dubos
Tome 1: Ambition

Date de parution: 2019
Nombre de pages: 373
Édition: Snag
Format: Broché
Prix: 18.00 euros
– prix kindle: 12.99 euros
Genre: Science-Fiction [Galactique]
Note personnelle: stargate 1 stargate 1 stargate 1


Résumé de l’éditeur

An 2312 : L’Homme a abandonné ses droits en faveur du Conglomérat. En échange ; le bonheur.

Tandis que la Terre poursuit sereinement la colonisation du système solaire, un vaisseau de la mission Synope est mystérieusement stoppé et détruit par une barrière invisible.

La collision révèle alors une incroyable réalité cachée jusque-là aux yeux des humains…

Tout autour d’eux vivent depuis des millénaires une multitude de créatures fantastiques dotées d’incroyables capacités…

Personne n’était préparé à affronter la résonance originelle…


Début du livre:
« – Maman, maman, ça fait mal à la tête »

Fin du livre (attention potentiel spoiler):
« – Non, j’aime les laisser agir comme ils le souhaitent, ils apportent au monde quelque chose que je ne peux lui donner. Comme tu l’as si bien dit, je ne peux pas prendre. Mais eux le peuvent. »


Mon avis

Tout d’abord merci à la maison d’édition pour l’envoi du roman.

L’histoire – Nous sommes en l’an 2312, les humains accumulent les conquêtes spatiales, jusqu’au jour où un vaisseau va briser un filtre invisible entraînant beaucoup de changements. En effet, à partir de ce moment appelé « la Résonnance originelle », des créatures surnaturelles vont être dévoilées. Sans le savoir, les humains vivaient avec ces créatures, mais elles étaient invisibles. Cette résonance va donc bouleverser la vie des humains et des créatures, la vie des humains, car vous vous rendez bien compte que savoir que votre voisin a un chien qui peut se transformer et te bouffer ce n’est pas foufou… et la vie des créatures, car elles n’avaient pas l’habitude qu’on les voit et qu’on les fuit. Pour que la vie soit mieux organisée et que des guerres n’explosent pas, les humains ont donc créé un Conglomérat, une espèce de gouvernement pour gérer leurs relations, pour lutter contre le racisme envers les créatures, mais également pour pouvoir « asservir » les créatures afin qu’elles travaillent pour nous.
Quand on commence le roman, tout cela est déjà en place et on va suivre Medv, qui est chargé de récupérer les dettes des gens et Clay, jeune femme qui a survécu à la Résonnance. Les deux vont s’associer et découvrir que tout n’est pas si rose au sein de ce Conglomérat.

J’ai bien aimé cette histoire et l’univers mis en place. Cependant, je n’ai pas tout compris, l’univers est très complexe et je trouvais qu’on nous collait parfois bout à bout des passages sans explications et sans réel sens et j’avoue avoir été souvent perdue. De plus, il y a énormément de personnages et je les confondais, je ne savais plus qui était qui, car une fois on les appelle par le prénom puis une autre que par le nom de famille… Bref, je ne suis pas sûre d’avoir tout saisi et c’est dommage, car l’univers promettait d’être très intéressant et différent de ce qu’on a l’habitude de lire.

Les personnages — Tout d’abord il y a Medv (souvent appelé Rorchélas), un personnage intéressant, mais qui est, selon moi, développé trop tard. On ne découvre son identité qu’à la page 159, au cours d’un chapitre qui lui est dédié et même là on ne le développe pas tant que cela. Je ne sais vraiment pas quoi en penser… je ne le déteste pas, mais je n’étais pas très attachée à lui.
Ensuite, Clay (appelée Miranda dans le roman) est un personnage qui m’a beaucoup plu, elle se fait incendiée de partout, car elle est la seule survivante, je l’ai trouvé mignonne et je ressentais beaucoup de peine à son égard.
Enfin, Béron (ou Louis) est un personnage qu’on ne voit que vers la deuxième partie du roman et je l’ai adoré ! Il est très attachant même si, encore une fois, j’ai eu du mal à tout saisir et à aimer les personnages comme j’aurais dû.

La plume de l’auteur – J’ai eu beaucoup de mal avec son style d’écriture. En effet, on a des flash-back sans liens les uns avec les autres, des moments où on ne comprend pas tout et j’ai trouvé parfois que c’était très brouillon. Cependant, ce roman s’est lu très rapidement : en 2 jours il était fini, la plume est additive et on a envie de continuer à lire.

En résumé, j’ai aimé ce roman, mais sans plus. Pour moi, les 200 premières pages étaient trop confuses, je ne comprenais rien, ça n’avançait pas, mais passé ce cap, c’est un vrai page turner ! Je ne sais pas encore si je lirai la suite, la fin me fait hésiter, car j’ai aimé ces 180 dernières pages, mais est-ce que je les aimé au point de lire la suite ? Je ne sais pas encore, je verrai.

Si vous l’avez lu venez échanger, ça me ferait plaisir de connaître l’avis des gens, si vous avez lu le tome suivant n’hésitez pas à me dire s’il vaut le coup ou non. En attendant, je vous fais de gros bisous et vous souhaite de très bonnes lectures.

NB : grâce à ce livre, je valide l’item n°22 du défi 2020 [un livre écrit par un homme]

bann lea

3 commentaires sur « Ambition »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s