Publié dans Espace Livresque

Upsi vous en parle… #15

Coucou tout le monde, moi c’est Upsi, je reviens avec ce nouvel article! Aujourd’hui je viens vous parler d’un nouvel auteur ainsi que de son premier ouvrage.

Coucou Emmanuel, j’espère que vous allez bien ? Que vous êtes ouvert d’esprit et que vous n’avez pas peur, car je suis une journaliste livresque un peu spéciale. En effet, je suis un chien et plus précisément une petite Yorkshire, ma particularité c’est que je descends du paradis des chiens fréquemment pour proposer ce genre de rendez-vous. Alors prêt ?

Quelle surprise de croiser donc cette petite Yorkshire. Je dois vous confier que de parler avec des chiens ( ou plutôt de les faire parler ) n’est pas une réelle nouveauté pour moi car j’ai une belle collection d’animaux pensants dans mes chroniques ( qui étaient publiées anciennement sur mon blog ). Et je suis d’ailleurs actuellement en train de travailler sur l’adaptation de ces chroniques en roman. Donc oui, les animaux parlant… bah, ça me parle 🙂 Cependant, un canin venant du paradis des chiens pour m’interviewer, là c’est une première ! Je vais tenter donc d’être à la hauteur.

Pouvez-vous vous présenter un peu, pour qu’on apprenne à se connaître ?


Je suis né il y a quelques années de ça, au siècle dernier pour être un petit peu plus
précis. Mais contrairement aux apparences, cela ne fait pas si longtemps, croyezmoi !
J’ai passé mon enfance en Puisaye. C’est une très belle région qui m’a permis de
découvrir la nature, mais aussi et surtout le silence de l’ennui qui m’aida à développer
mon imagination.
Cette imagination, je la cultivais déjà en parcourant les classiques de la bibliothèque
familiale (Dumas, Vernes, Hugo…), tout en me plongeant dans ce que l’on allait
appeler postérieurement la « Pop culture ».
Vers le début de l’adolescence, je suis tombé amoureux de Paris. J’ai alors demandé à
mes parents de pouvoir m’y installer afin d’y faire mes années lycée. En ces endroits,
j’ai eu la chance de rencontrer diverses personnes partageant avec moi leurs goûts
pour la littérature, la musique, la peinture, la bande dessinée, le cinéma, les jeux de
rôles et la photographie.
Je ne m’en rendais pas encore compte, mais cette somme de connaissances que
j’accumulais me constituait en tant qu’individu, évidemment, mais aussi allait me
servir de terreau pour mes futurs écrits.
C’est au Lycée que j’ai découvert la Fantasy en lisant Tolkien, puis Eddings et
d’autres auteurs du moment. Ce fut une véritable révélation qui me guida petit à petit
vers mes études d’Histoire médiévale et d’histoire de l’art architecturale tout en
définissant le genre de récits que je souhaitais écrire. (La Fantasy, bien sûr).
Gardant pour moi (comme beaucoup), mes compositions dans des tiroirs ou les
postant plus tard sur un blog, j’ai favorisé une carrière professionnelle bien loin de
l’écriture.
Ce n’est que vers 2017 que je me décide de me jeter à l’eau. J’écris alors cette fois-ci
un roman avec objectif de le partager avec des lecteurs. Ainsi naquit « Frères de
Savoriur » qui fut publié en 2020 suivi d’un recueil de nouvelles « Facettes et
Luminen » sorti cette année.


Écrivez-vous depuis longtemps ?


Depuis toujours, serais-je tenté de dire 🙂
J’ai pour l’habitude d’annoncer que d’imaginer en marchant est déjà une forme
d’écriture.
Mais l’envie (pour ne pas dire l’absolue nécessité) de prendre le crayon et d’écrire
des histoires m’est vraiment arrivée vers mes 17 ou 18 ans. En fait, je n’ai pas
commencé à écrire une histoire en particulier. Étant tombé dans la marmite de la
Fantasy, je me suis très vite rendu compte que je devais travailler sur la crédibilité du
monde que j’inventais et développais avant de me jeter corps et âme dans l’histoire.
Puis quand le temps fut venu, mon personnage principal s’est alors imposé de luimême ainsi que l’intrigue. Naquirent de cette expérience cinq livres. Cependant,
ceux-ci avaient besoin d’être encore un peu plus finalisés pour être présentés aux
éditions.
Entre temps, je me suis aussi dirigé vers la constitution de nouvelles (de genre
fantastique) dont certaines furent commandées et publiées dans un magazine
spécialisé dans les jeux de rôles. L’essai fut très formateur et me permit d’aller
expérimenter d’autres genres littéraires.
Ce n’est pourtant qu’en 2015 que je me suis décidé à partager réellement certains de
mes écrits en ouvrant un blog. Ce dernier me servait de plateforme d’écriture où je
présentais un nouvel univers sous forme de chroniques.
Cette plateforme me donna l’occasion de rencontrer (virtuellement) mes lecteurs dont
le nombre ne cessait de croitre. Je vivais à cet instant un véritable partage. Riche de
cet enseignement et de ces moments de communions, je décide alors en 2017 de me
lancer dans l’écriture de mon premier roman qui allait être édité.


Frères de Savoriur est-il votre premier roman publié ?


Oui.
Comme vous le savez maintenant, j’écris depuis longtemps et surtout, je travaille sur
l’univers de Milia Facia depuis mes débuts.
« Frères de Savoriur » est donc la somme d’une multitude d’essais et de recherches
qui se sont accumulés depuis des années.


Cette histoire sera tels une saga ou un one shot ?


Les deux 🙂
Je m’explique. « Frères de Savoriur » peut être vu lu comme un one-shot. Cependant,
si le lecteur est attentif, il pourra remarquer plusieurs niveaux de lecture :
1/La trame principale : Le début, le milieu et la fin de l’histoire.
2/mais aussi, un fil rouge qui se dévoile entre les lignes et qui amène le lecteur vers
d’autres horizons
« Frères de Savoriur » fait donc parti, en même temps, d’un arc narratif composé
d’autres romans qui pourront eux aussi être lu indépendamment tout en étant tous
relier par ce fameux fil rouge.
En conséquence, je peux dire aussi que tous ces romans constitueront une saga.


Si saga, avez-vous le nombre de tomes en tête ?


C’est très clair pour moi en cet instant. Oui, il y aura plusieurs tomes qui serviront à
traiter le socle commun de l’histoire, mais aussi à faire découvrir aux lecteurs le
monde de Milia Facia.
Pour cette démarche, j’aborde deux styles de narration donc deux styles de tomes.
Les principaux qui constitueront les romans (comme « Frères de Savoriur ») et des
recueils de nouvelles (comme « Facettes et Luminen ») complémentant les livres déjà
parus.
L’objectif est de créer une sorte de galaxie où graviteraient romans et recueils de
nouvelles.
Encore une fois, le dessein est de rendre ces ouvrages indépendants tout en laissant le
lecteur les lier par ses découvertes.


Pouvez-vous nous parler un peu de ce roman ? (histoire, genre…)


Je vais débuter par le genre.
C’est de la Fantasy, à ne pas en douter. J’ai pourtant, tout en respectant les
codifications de la Fantasy, voulu aller sur une approche plus contemporaine en ce
qui concernait les problématiques sociales et politiques.
Comme le cite mon personnage principal (Aësmi), il faut avoir un esprit critique sur
ce que l’on vit et ce que l’on apprend. C’est sous cette forme que j’ai abordé la
présentation du monde de Milia Facia.
Nous débutons l’histoire dans la cité de Savoriur. C’est une ville universitaire où les
savoirs, la tolérance, la paix sont partagés. Malgré l’ouverture d’esprit de cette ville,
on peut aussi se rendre compte du poids des traditions et de l’incertitude que peut
offrir l’acceptation de l’autre quand une idéologie tente de saper une culture opposée
à la sienne. Savoriur ne se veut pas être une cité idéale, mais se hasarde de parfaire la
compréhension les Hommes qui l’habitent.
Très vite, des événements vont pousser un Grand Clerc d’une des universités de
Savoriur à prendre des décisions l’obligeant à le sortir de sa zone de confort. Il va se
rendre compte que le monde, et les dangers qu’il présente, ne s’arrête pas à la seule
géopolitique contemporaine et que lui même semble (plus ou moins) destiné à rentrer
dans une aventure qui dépasse l’imagination des livres qu’il écrit lui-même.
Car un ennemi, bien plus grand que toutes nations belliqueuses, menace l’existence
des êtres vivants !
Cette aventure, il ne le fera pas seul. Par un étrange phénomène, il se rendra compte
qu’il est aussi lié à l’existence de son frère.
Ce roman est un peu comme une poupée russe. Il se dévoile au fur et à mesure des
chapitres, accélérant l’enjeu à chaque page de tournées.
Pour le reste de l’histoire, je vous laisse découvrir le roman 🙂


Comment s’appelle le personnage principal ? Quelles sont ses forces et ses
faiblesses ?

Oups, j’ai déjà vendu un peu la mèche dans la question précédente.
Il se nomme Aësmi.
C’est un grand Clerc de l’une des universités de Savoriur qui a cure des protocoles
sans pour autant être injurieux ou déplacé. Il estime avec conviction que chacun de
ses étudiants doit apprendre à penser par lui-même afin d’avoir un esprit critique et
pouvoir ainsi devenir un acteur responsable dans l’évolution de la cité.
Aësmi est aussi un auteur de romans racontant les fictions d’un héros baptisé
Percelot. Aimé de ses élèves (qu’il perturbe pourtant), apprécié par ses pairs malgré
sa pédagogie hors norme, c’est un homme qui a les pieds sur terre. Il semble heureux
sauf lorsqu’il aborde ses sentiments envers la reine Amélie.
Aësmi a un frère qui se nomme Learbris.
Tout donne l’impression de les opposer. Learbris est un adepte de l’ordre et de la
mesure. Capitaine de la Garde Étincelante, il est loyal et juste. Il se canalise sur les
ordres et commande avec justesse et équité. Learbris mène une carrière sans aucune
vague.
Mais, il ne faut nullement se fier aux apparences. Ne surtout pas rentrer ces
personnages dans des cases. Car tout ce qui sépare les deux frères peut s’avérer
complémentaire et réserver bien des surprises aux protagonistes comme au lectorat.


Avez-vous d’autres projets ?


Je confirme, j’ai d’autres projets.
Un recueil de nouvelles, qui peut être lu indépendamment de « Frères de Savoriur »
tout en le complémentant est sorti en février de cette année.
Le titre : « Facettes et Luminen »
Je travaille aussi sur la documentation du prochain roman se déroulant sur les terres
de Milia Facia. Logiquement, la sortie est prévue pour l’année 2022.
Ayant plusieurs univers littéraires en tête et ne souhaitant pas vous présenter que le
monde de Milia Facia, je travaille actuellement sur un roman qui aurait une narration
et un genre différent de ce que j’ai déjà introduit.
Au-delà du partage avec mes lecteurs sur mes univers, il est important pour moi de
varier les plaisirs, ce qui me donne à chaque fois comme une bouffée de fraicheur.
En plus des romans, vous pouvez aussi parcourir mon site internet (emmanuelbourgoin.fr) ou je vous présente des articles (dans l’onglet Made In) sur ma technicité
de création. Et n’oubliez pas de découvrir mon blog où je poste régulièrement des
petites chroniques sur l’émotion liée à l’écriture.


Si vous deviez donner en quelques mots, l’envie à d’autres de vous découvrir,
que leur diriez-vous ?


Lire est un plaisir. Plonger dans un univers de Fantasy est une aventure. Côtoyer des
personnages riches et construits est le début d’une relation toute personnelle.
S’émerveiller, réfléchir, vibrer au détour d’une phrase est une invitation. Et
s’interroger sur ce qui se trouve derrière chaque page est l’essence même d’une
quête… votre quête.
C’est un peu de tout cela que vous dénicherez dans mes ouvrages.
Bienvenu(e)s !

200997545_525456558661797_4449143671986193452_n

Alors, vous allez vous laisser tenter?

A bientôt, pour un nouvel article « d’Upsi vous en parle… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s