Publié dans Bit-lit/Urban fantasy

La morsure n’est pas une fin

Les Vampires de Chicago de Chloe Neill
Tome 11 : La morsure n’est pas une fin

Titre VO: Dark Debt
Date de parution:
 2015
Nombre de pages: 480
Edition: Milady
Format: poche
Prix: 8.20 euros
– prix kindle: 5.99 euros
Genre: Bit-lit
Note personnelle: Vampire Vampire Vampire Vampire Vampire


Résumé de l’éditeur

Les vampires ne vieillissent pas… Mais leurs ennemis non plus. Lors d’une soirée mondaine à laquelle participe l’élite des sociétés humaines et vampires, Merit et Ethan parviennent de justesse à empêcher l’assassinat d’un invité. Quand la cible se révèle être un homme d’affaires trempant dans des affaires louches, Merit soupçonne une vendetta humaine. Mais les assassins sont décidément vampires… Les liens entre les Maisons de Chicago s’avèrent plus étroits que Merit ne l’avait imaginé, et chacune de ses actions pourrait bien être la dernière…


Début du livre:
« Chicago connaissait deux saisons : l’hiver et le BTP.  »

Fin du livre (attention potentiel spoiler):
« Ne nous affolons pas, Sentinelle. Et aidons-le à se diriger vers sa défaite. »


Mon avis

Un plaisir de retrouver Merit, Ethan et toute la bande. Cette saga est toujours autant addictive et la plume de Chloe Neill toujours aussi prenante et bien décrit.
J’ai trouvé ce tome un peu plus sombre et les changements de fonctionner des Maisons sont très intéressants, je ne m’en lasse pas.

OMG! Balthasar, le créateur d’Ethan serait vivant et il vient se rappeler au bon souvenir de ce dernier. il y a déjà tellement de bouleversements dans la vie de Merit, Ethan et la Maison Cadogan, ça va rajouter une couche de problèmes!

ATTENTION SPOILER (surlignez pour le dévoiler) l’immunité de Merit au charme vampire tombe avec Balthasar, elle en est toute perturbée et on peut le comprendre FIN DU SPOILER

WTF?! Depuis que Morgan est devenu Maître de la maison Navarre, j’ai toujours trouvé qu’il ne faisait pas du bon travail et qu’il isolait toute la maison du reste du monde. Dans ce tome, on découvre que l’histoire est bien plus complexe que ça, ce qui crée une très bonne intrigue.

On découvre « Le Cercle » ,sorte de mafia super puissante et très bien organisée, et qui sévit en ville depuis des années à l’insu de tous. Chose extraordinaire, Morgan demande de l’aide à Scott et Ethan pour gérer la situation.

ATTENTION SPOILER (surlignez pour le dévoiler) on découvre que Célina, qui voulait un rythme de vie grandiose, s’est endetté auprès d’eux et qu’à cause d’elle, le Cercle pourrait mettre main basse sur la Maison Navarre. On découvre que Morgan essaye de gérer tous les problèmes qu’elle a laissées et qu’il galère dû à la rébellion dans ses rangs. Soit le cercle prend Navarre, soit il la détruit.. En plus, on découvre que B et le Cercle sont liés FIN DU SPOILER

Dans ce tome, le père de Merit, qui depuis le tome 1 ne passe pas pour le père de l’année, se dévoile sous un nouveau jour et fait un geste noble auquel je ne m’attendais pas
apparemment sa fille est importante à ses yeux et il a de l’estime pour elle.

ATTENTION SPOILER (surlignez pour le dévoiler) le père de Mérit, renonce à son projet immobilier en le vendant afin de racheter les dettes de la Maison Navarre et la sauver. FIN DU SPOILER

Du coup je me pose des tas de questions:
Dans le tome 1, il voulait que Merit soit transformée en vampire. On pensait que c’était pour étendre son pouvoir mais finalement ne serait ce pas une façon de la protéger en la rendant immortelle ? Mais alors pourquoi transformer seulement Merit et pas ses deux autres enfants?

Un dernier point que j’ai trouvé assez bizarre : Le mariage de Mallory et Catcher. tout comme Merit, J’ai trouvé qu’ils se mariés plus par nécessité que par amour, ce que j’ai trouvé dommage.

C’était un super tome, une fois de plus, Chloe Neill m’a conquise et embarqué avec elle dans les aventures de Merit.

Playlist du tome et anecdotes s’y référant

  • You make me feel like a natural vampire (titre du chapitre 5, jeu de mots sur une chanson d’Aretha Franklin intitulée You make me feel like a natural woman, ce qui peut-être traduit par « avec toi je me sens vraiment femme ».)
  • What a difference a night makes (titre du chapitre 6, jeu de mots sur une chanson de Dinah Washington dans les années 50, intitulée What a difference a day makes, ce qui peut-être traduit par « un jour suffit à tout changer ».)
  • Ce dont tout le monde a besoin… c’est d’un très grand verre de vin (titre du chapitre 9, jeu de mots sur une chanson de Dionne Warwick dans les années 60, et intitulée What the world needs now, qui peut être traduit par « ce dont le monde a besoin, c’est d’amour ».)
  • Because the night (titre du chapitre 16, chanson célèbre des années 80, interprétée pour la première fois par Patti Smith en 1978 et dont les paroles pourrait être traduites par « parce que la nuit appartient aux amants ».)
  • Lady in red (titre du chapitre 24, chanson célèbre des années 80, écrite et interprété par Chris DeBurgh en 1986, dont le titre signifie « la femme en rouge ».)
bann aurore

tomes

Tome 1 : Certaines mettent les dents
Tome 2 : Petites morsures entre amis
Tome 3 : Mordre n’est pas jouer
Tome 4 : Mordre vous va si bien
Tome 5 : Morsures en eaux troubles
Tome 6 : Morsure de sang froid
Tome 7 : Permis de mordre
Tome 8 : on ne mords que deux fois
Tome 9 : Mords un autre jour
Tome 10 : Une morsure ne suffit pas


avis partenaire

3 commentaires sur « La morsure n’est pas une fin »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s