Publié dans Histoires revisitées

Un palais d’épines et de roses

Un palais d’épines et de roses de Sarah.J Maas
Tome 1 : Un palais d’épines et de roses

Titre VO: A Court of Thorns and Roses
Date de parution:
 2017
Nombre de pages: 528
Édition: La Martinière
Format: Broché
Prix: 18.90 euros
– prix kindle: 13.99 euros
Genre: Conte Revisité
Note personnelle: contes contes contes contes


Résumé de l’éditeur

En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.
Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.
Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ?
A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ?
Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.


Début du livre:
« La forêt n’était plus qu’un labyrinthe de neige et de glace. »

Fin du livre (attention potentiel spoiler):
« -Rentrons, dis-je à Tamlin en prenant sa main. »


Mon avis

Ma panne de lecture n’a pas aidé cette lecture intéressante.Que dire de ce tome. Pour commencer j’étais très impatiente de le lire car je suis fan de la Belle et la Bête.

Le début m’a agacé enfin plutôt la famille de Feyre, ses deux sœurs et son père, j’avais envie de les baffer en permanence. Ils étaient riches et ont tout perdus et depuis le père, fout rien et les deux sœurs se prennent toujours pour des princesses, résultat c’est Feyre la plus jeune qui chasse et fait survivre toute sa famille et tout le monde est odieux avec elle.

Puis elle les quitte enfin emmené dans le monde des Faes, à Prythian plus précisément à la cour du Printemps (oui parce que dans le livre la Bête est un Fae et il existe plusieurs cour). Je me dis chouette, je verrais plus ces abrutis et ça va devenir intéressant et bien pas tout à fait, notre héroïne se met à m’insupporter. OK depuis des siècles, les mortels craignent les immortels, mais là, elle est dans un palais, elle n’est pas considéré comme une prisonnière, le Fae se montre gentil et essai d’apprendre à la connaitre et elle reste buté, agaçante. Finalement après des centaines de centaines de pages, elle finit par se décider à leur donner une chance, ils apprennent à se connaître enfin autant que faire se peut, et finissent par s’apprécier et même plus mais le mal rôde en terre Fae et il y a la malédiction dont on ne sait qu’une chose c’est que les habitants de la cour du Printemps sont condamnés à porter un masque. Et puis la frustration, ils sont enfin amoureux et heureux autant qu’il est possible mais là suite à une visite, Tamlin, notre grand Fae renvoi Feyre chez elle.

Feyre retrouve donc sa famille qui vit de nouveau dans la richesse comme le Fae lui avait promis. Comme lui a à promis sa famille ne se souvient pas de la bête venue réclamer Feyre, ils pensent qu’elle était j’ai une tante riche et mourante. Là j’avais envie d’hurler car non seulement Feyre partait sans résister mais en plus c’était le retour de la famille. Mais j’ai eut une belle surprise avec un membre de la famille et j’en été ravie, puis Feyre se réveille et décide de retourner à Prythian pour sauver l’homme qu’elle aime et dans sa cour mais il est trop tard ou presque, la palais  est dévasté et vide. Elle finit par trouver quelqu’un qui lui explique que notre grand méchant à emporter toute la cour dans son domaine. Feyre, y va même si elle sait qu’elle n’a aucune chance. Elle rencontre Amarantha, la garce de l’histoire et toute l’histoire ou presque sur la malédiction et l’action s’enchaîne, Feyre fait un marché avec Amaratha, si elle réussit trois épreuve, ou résout une énigme.

« Certains me recherchent sans jamais me trouver;
J’en embrasse d’autres qui, ingrats, me foulent aux pieds.

Je semble préférer l’intelligence et la beauté,
Mais je bénis les audacieux et les têtes brûlées.

Mes soins sont presque toujours d’une douceur indicible;
Dédaigné, je devines féroce et presque invincible.

Chacun des coups que je porte est puissant,
Et quand je tue, c’est toujours lentement… »

Son amour Tamlin sera libre ainsi que sa cour mais Feyre doit rester sur ces gardes car elle sait Amarantha fourbe, pendant trois mois Feyre enchaîne les épreuves, à la dernière on se dit le dénouement n’est pas pour ce tome, vu l’épreuve mais tous ce met en place et Feyre réussit mais comme prévu et en colère qu’une vulgaire mortel sont arrivés à gagner, elle s’attaque à elle. Mais en cours de route, Feyre mourant trouve la réponse à l’énigme (que moi j’avais trouvé dès le début lol), elle crie la réponse; la malédiction est brisé.

Il y a plein de détails intéressants et croustillants mais je vais pas tout vous dire, lisez le plutôt. Malgré une lecture en plusieurs teintes, j’ai beaucoup aimé ce premier tome et il me tarde de découvrir la suite.

bann aurore


avis partenaire


FiftyShadesDarker
Naheiko

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s